02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

PROMOTION DES FILIERES SCIENTIFIQUES

Dans le cadre de la Semaine de la science, des élèves de 3ème de Quimper et alentours ont pu découvrir les matières scientifiques qui les attendront au lycée. L’occasion d’essayer le matériel dont dispose le lycée Yves-Thépot à travers des ateliers ludiques.

Les laboratoires de physique-chimie du lycée Thépot étaient plongés dans la pénombre, jeudi. Les élèves du collège Auguste-Brizeux ont remplacé les lycéens. Et, au lieu d’avoir cours, c’est à une enquête de la police scientifique qu’ils participaient, afin de « découvrir qui a tué le colonel Moutarde ». Bienvenue dans l’un des trois ateliers mis en place par le lycée dans le cadre de la Semaine de la science. Tout au long de la semaine, les troisièmes des collèges La Tourelle, La Tour-D’Auvergne, Auguste-Brizeux, Pierre-Stéphan (Briec) et du Porzou (Concarneau) sont venus découvrir quelques-unes des matières scientifiques qu’ils pourront suivre au lycée. Avec, à chaque fois, la possibilité de manipuler logiciels, robots et poudre magnétique.

« Une méconnaissance qui fait peur »

Dans une salle d’ordinaire réservée aux élèves de bac pro, Thibaut et Kylian, 14 ans, découvrent « Solidworks », un logiciel de modélisation et d’animation. « Il a été racheté par Dassault. On retrouve donc les grands principes de’’Solidworks’’ dans l’industrie », s’enthousiasme Fabrice Goudédranche, enseignant en génie mécanique. Thibaut et Kylian s’amusent ainsi à faire tourner et tomber une voiture virtuelle, mais ne sont pas aussi emballés : « On connaissait déjà certains logiciels. Mais celui-ci est plus compliqué. Et puis, c’était mieux de le faire en vrai ».

 

« Le faire en vrai », c’est ce qui leur était proposé dans une salle informatique un peu plus loin, au même étage. Cette fois-ci, les petits drones à roulettes existent vraiment. Il s’agit de les programmer pour les faire avancer convenablement. Même avec des logiciels simplifiés, les élèves peuvent ainsi se projeter dans les filières technologiques. « Les sciences n’attirent pas forcément, il y a des pans entiers qui ne sont pas pourvus », souligne Christine Barsacq, la proviseure adjointe. « Il y a une méconnaissance qui fait peur, on veut leur montrer que l’industrie n’est pas dangereuse ».

Fiona et Lee-Lou se sont bien amusées en enfilant les blouses blanches et incarnant des agents de la police scientifique

« On se serait cru dans Les Experts »

Le lycée Yves-Thépot est représenté chaque année dans une animation qui permet de mettre en valeur ses neuf filières scientifiques : une générale, quatre technologique et quatre professionnelles. Des filières où Christine Barsacq reconnaît l’écrasante majorité masculine. Pourtant, les filles ont apprécié l’exercice. « C’est trop stylé, on se serait cru dans ‘’Les Experts’’ », se réjouit Fiona après son expérience dans l’atelier de physique-chimie. Mais elle ne creusera pas cette voie : ce sont les langues qui l’intéressent. « La police scientifique m’intéresse, mais j’aimerais bien être architecte… », hésite également Lee-Lou. Il leur reste encore quelques mois avant de choisir le lycée où elles iront.

Haut de page