02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

EN PISTE AVEC THE RAT PACK

Dans le gymnase du lycée, ce vendredi matin, des élèves d’une classe de seconde, en majorité des garçons, dansent de manière débridée et un brin canaille sur les mouvements chorégraphiques proposés par Clara Huet, danseuse aérienne et comédienne de la compagnie The Rat Pack. Les propositions partent des actions au cœur du spectacle « Speakeasy », que les jeunes ont vu mardi soir au Théâtre de Cornouaille. Bagarres et esquives entre malfrats qui jalonnent la création ont nourri leur imaginaire et leur permettent d’entrer plus facilement dans l’univers de la danse, dont ils se sentent un peu éloignés. C’est le cas aussi des procédés cinématographiques : l’arrêt sur image, le ralenti, l’accéléré ou le retour en arrière que Clara Huet leur demande d’intégrer à leurs enchaînements.

« Le plaisir dans la contrainte »

« Ils arrivent à trouver l’amusement dans la consigne, le plaisir dans la contrainte. C’est ce qu’on recherche dans ces ateliers qui ont tous un rapport avec le spectacle », se réjouit Guillaume Juncar, un des acrobates de la compagnie qui a travaillé avec eux sur les portés acrobatiques et va continuer avec le théâtre en leur faisant jouer des personnages d’hommes ou de femmes pour les amener vers le côté clownesque.

« Cette année, je trouvais intéressant que le projet soit au carrefour de plusieurs arts avec un collectif d’artistes pluridisciplinaires. Il y a du chant, de la danse, du cirque, du théâtre et ils sont aussi sur la thématique du cinéma sur laquelle travaille l’enseignante d’anglais », émet Vinciane Le Guernic, professeure d’EPS. Ces ateliers donnent ainsi un bel élan au cycle arts du cirque qu’elle va ensuite poursuivre avec eux. « Cela prépare aussi l’option EPS qui va se créer à la rentrée prochaine avec notamment un pôle autour de la danse et des pratiques circassiennes », indique l’enseignante, mettant ainsi à profit ce partenariat avec la Scène nationale dans le cadre du festival Circonova, qui existe depuis plusieurs années.

© Le Télégramme
Haut de page