02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

REFORME DU BAC

Comment se prépare ce nouveau bac ?

En ce qui nous concerne, c’est relativement simple car nous sommes un établissement scolaire scientifique et technologique donc les quatre spécialités que nous proposons sont : maths, physique, sciences de l’ingénieur et numérique sciences de l’informatique. Les élèves ont donc trois spécialités à choisir sachant qu’ils ont tous pris maths et physique. La mise en œuvre des emplois du temps a été plutôt facile à réaliser.

Quels sont les enjeux de cette rentrée ?

Le gros enjeu de cette rentrée, c’est de mobiliser les personnels et les élèves sur la nouvelle organisation car nous arrivons sur un bac qui est progressif dès le début de la première jusqu’en terminale. Il faut que les élèves assimilent bien la façon dont ils vont être évalués. Il leur faudra réaliser un travail beaucoup plus approfondi et régulier sur deux ans. J’ai décidé de convier tous ces élèves à une réunion d’information sur le sujet dès les premiers jours de la rentrée. Il va falloir que nous fassions preuve de beaucoup de pédagogie afin que les élèves ne se retrouvent pas dans des situations de stress inutiles.

Que pensez-vous de cette nouvelle formule ?

Je suis persuadé que c’est une excellente réforme. Je ne dis pas ça parce que je suis chef d’établissement mais parce que l’usine à gaz de l’ancien bac n’était pas très juste. Un bon élève pouvait rater son examen et un autre qui n’avait pas vraiment travaillé pouvait réussir.

Comment votre équipe pédagogique aborde ce changement ?

Les enseignants sont mobilisés depuis plusieurs mois. Tous ont bénéficié de formations de mars à juin. Ils ont théoriquement les outils pour aborder sereinement la réforme. Nous allons décortiquer tout cela, vendredi, avec eux en assemblée générale de telle façon que l’on puisse tenir un discours serein et le plus transparent possible aux élèves.

 

Haut de page