02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

FUTURE INGENIEURE, MORGANE A CHOISI L'INDUSTRIE

Morgane Queignec, dans l'atelier « constructions métalliques » au lycée Yves-Thépot.

  • Morgane Queignec, dans l'atelier « constructions métalliques » au lycée Yves-Thépot. | Photo Béatrice Le Grand

Grimper sur les toits pour mesurer la superficie des fenêtres et des cheminées ne lui fait pas peur. À 21 ans, étudiante en prépa « adaptation technicien supérieur » (ATS), Morgane Queignec est tout aussi à l'aise face à un écran d'ordinateur pour modéliser un plan.

Pourtant, en 3e, comme nombre de collégiens, elle se sentait un peu perdue : « Je ne savais pas du tout ce que je voulais faire. »

Elle décide de passer trois demi-journées au lycée Thépot et pousse même la curiosité jusqu'à côtoyer des étudiants en BTS « constructions métalliques » ! Un univers qui ne lui est pas tout à fait étranger : son papa est chef de chantier et son frère est passé par l'établissement...

Les plans du gymnase

Convaincue par ce qu'elle a vécu au cours de ces minis-stages, Morgane, qui vit à Elliant, tranche : ce sera Thépot et une seconde « teintée » STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable). Dans sa classe, elles sont cinq filles. « J'avais complètement occulté ce paramètre de « lycée de garçons », rigole aujourd'hui Morgane. Et j'avais raison : tout s'est toujours très bien passé ! »

En classe de première et de terminale, la lycéenne entre dans le vif du sujet. « En première, avec trois élèves de ma classe, on a mené une étude sur la rénovation et l'agrandissement du gymnase. Le lycée n'avait pas les plans. On les a faits !, se souvient-elle. On a réalisé des dessins, des calculs, procédé à des relevés d'hygrométrie, déterminé le mode de chauffage... » Le bac obtenu, « mention assez bien », Morgane décide de poursuivre en BTS « constructions métalliques ».

À l'atelier, elle travaille sur la création d'un plancher susceptible d'accueillir des bateaux, apprend à éditer un bon de commande, à gérer un planning...

De son mois de stage, elle ne conserve que de bons souvenirs : « J'ai adoré être sur le terrain, avec des collègues. J'ai appris à changer des serrures, pris conscience des notions de sécurité à mettre en oeuvre... »

Partie pour poursuivre une licence en alternance à la rentrée 2016, elle apprend que Thépot ouvre une prépa aux écoles d'ingénieurs réservée aux titulaires d'un BTS ou d'un DUT (diplôme universitaire technologique).

Depuis septembre, elle s'est remise à niveau, alterne entre la mécanique et la physique, le français et l'anglais... Elle bûche dur, passe des colles (des contrôles oraux) tous les samedis... Avec un objectif : « Intégrer une école d'ingénieur en alternance pour travailler dans un bureau d'études de BTP ou de génie civil. »

En ce début d'année, les collégiens cherchent à valider leurs choix d'orientation. Morgane et les 21 étudiants de sa promo, eux, sont en quête d'une école et préparent les concours...

Nelly CLOAREC - OUEST-FRANCE du 28/01/2017

Haut de page