02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

A LA PLACE DES PROFS, DES ARTISTES DE CIRQUE

À la place des profs, des artistes de cirque

Présentation, roues, portés… Hier, 28 élèves du lycée Yves-Thépot ont pu découvrir, accompagnés de quatre artistes du cirque Le Roux, les bases de cette activité originale.

Insolite

« On découvre de nouvelles choses, ça change de d’habitude », explique Lucas, 15 ans, à genoux au bord du tapis après avoir fait un beau poirier dans la salle de sport du lycée YvesThépot. Même enthousiasme du côté de Léa et Emma : « C’est un moment agréable, de complicité. En nous faisant partager leur passion, ils nous donnent envie d’essayer et de nous dépasser. »

« Faites la roue »

Hier, les 28 élèves de seconde 5 du lycée Yves-Thépot avaient des professeurs pas tout à fait comme les autres : quatre artistes du cirque Le Roux qui participent au festival Circonova. Pendant trois heures, ils ont pu faire travailler, mais surtout s’amuser, les élèves sur des bases de cirque : des jeux d’acteurs, des activités gymniques, des portés… : « Maintenant vous faites la roue » , ordonne un des artistes après avoir fait une démonstration. Un élève se lance et… s’écrase au sol. « Non mais en fait il faut faire une vraie roue ! » , plaisante l’artiste.

Trois spectacles

Plusieurs raisons ont poussé les artistes à faire cet atelier : « Pour les sortir du quotidien et des sports habituels , explique Yannick Thomas. Et surtout leur donner envie. Leur montrer que le cirque est un métier et qu’on peut s’amuser en le pratiquant » , poursuit Lolita Costet. Une rencontre qui s’inscrit depuis deux ans dans un partenariat entre le lycée et le théâtre de Cornouaille. En plus de l’atelier, les élèves de cette classe verront trois spectacles dont celui des artistes présents hier : The Elephant in the room . Un échange qui plaît au professeur d’éducation physique et sportive et qu’elle va intégrer dans le cadre de son cycle cirque : « Au départ, ils ont une gêne, des a priori , notamment sur le fait qu’ils pensent que ce soit surtout réservé aux filles, explique Vinciane Le Guernic. Et finalement ça leur plaît. Ils se rendent compte qu’ils savent faire des choses différentes. »

Enora HEURTEBIZE.

Haut de page