02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

SCIENCES DE L’INGENIEUR : ENTRER EN PREPA PTSI

SCIENCES DE L’INGENIEUR : ENTRER EN PREPA PTSI.  

Rencontre avec Théo LE MOIGNE, ancien élève de Terminale S Sciences de I’Ingénieur.

Ce matin, une quinzaine d’élèves de 1ère et terminale générale ont rencontré Théo LE MOIGNE, ancien élève du Lycée, BAC S Sciences de l’Ingénieur, promo 2019.

Actuellement en 1ère année à l’Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay, après deux années en PREPA PTSI (Physique, Technologie et Sciences de l’Ingénieur) à Cachan (94), Théo a su retracer son parcours avec beaucoup de simplicité et répondre aux préoccupations d’élèves encore en phase de réflexion sur leur projet d’orientation.

L’échange, particulièrement fourni, a révélé l’intérêt de nos élèves pour leur orientation post-BAC et le cursus PREPA-Ecole d’Ingénieurs. A ce stade de leur scolarité et à l’heure de choix importants, comme l’abandon d’une spécialité à l’entrée en terminale, leurs interrogations sont nombreuses et légitimes :

  • Quel niveau requis pour entrer en classe prépa ?
  • Quel choix de spécialités pour mettre toutes les chances de son côté ?
  • Une fois admis en prépa, quelle quantité de travail fournir ?
  • Quelle ambiance entre étudiants, avec les enseignants ?
  • Quelle importance pour des matières comme le français ou l’anglais ?

Théo a voulu se montrer à la fois encourageant et réaliste. Il précise que malgré son 18 de moyenne au BAC, il doit aussi sa réussite aux efforts qu’il a fournis tout au long de son parcours. La quantité de travail requise en prépa est conséquente, mais pas insurmontable.

Concernant le choix des spécialités, Théo affirme sans hésitation que, quelle que soit la prépa choisie, les mathématiques sont un incontournable. Il recommande d’y adjoindre les « Maths expertes » pour l’initiation aux nombres complexes que cette option aborde. Il précise qu’en PTSI, les mathématiques sont moins théoriques qu’en MP. Cependant, dans la logique d’une préparation aux concours d’entrée en écoles d’ingénieur, les notions abordées sont souvent très poussées.

Les sciences de l’ingénieur étudiées au lycée ont été pour lui un véritable atout dans la filière PTSI, car les programmes lycée/ prépa sont très proches. Il a observé qu’il était plus facile d’appréhender un système en ayant déjà abordé des notions de mécanique et d’électronique. Les élèves qui n’ont pas fait de SI au lycée bénéficient de 2h supplémentaires pour rattraper le niveau.

Les Sciences Physiques sont selon Théo indispensables pour entrer en prépa MPSI ou PCSI. Cela est moins vrai pour une admission en PTSI pour laquelle la partie Sciences Physiques de la SI représente 70% du programme requis pour une entrée en prépa. Comme pour les SI, un soutien est proposé pour combler d’éventuelles lacunes.

En conclusion, Théo recommande de choisir des spécialités avant tout en fonction de ses goûts et de son projet. La prépa PTSI est plus accessible, car elle est encore méconnue et elle offre des perspectives d’admission dans de grandes écoles d’ingénieurs ou à Normale Sup, comme Théo, dont le projet est de devenir chercheur dans le domaine de la mécanique.

Haut de page