02 98 90 25 97Pour plus d'informations

Article

PORTRAIT DE MATHIEU ANCIEN ELEVE DU LYCEE

Dirigeant d’une entreprise de chaudronnerie douarneniste, Mathieu Gourvenec a été choisi pour créer le trophée Kerneko décerné au festival de Cornouaille. Trophée qui distinguera des entreprises innovantes durant le festival. Portrait.

À l’image des formes infinies que peuvent prendre ses tôles de métal, Mathieu Gourvenec se laisse porter par le flow. C’est un peu le hasard qui l’a amené à réaliser le trophée Kerneko 2017. « Quand il y a des opportunités, il faut y aller ! »

Alors qu’il participe au Salon de l’artisanat de Quimper, il apprend qu’un concours est organisé pour la création du trophée du festival de Cornouaille. « J’ai eu l’idée de représenter le logo de Kerneko et de faire un tube cintré en forme de cœur. »

L’acier sous toutes ses formes

Le procédé est particulier. Le chaudronnier utilise des feuilles et des tubes en inox qu’il trempe dans un bain d’électrolyse pour les rendre brillantes. Pari gagné. En plus de voir son trophée sélectionné, il aura un stand au festival.

Mathieu Gourvenec est entré dans la profession avec un BEP chaudronnerie structure métallique, obtenu au lycée Yves-Thépot.

« C’est une activité très vaste. Il y a de l’acier partout. On peut faire des hangars, du mobilier urbain, des pièces pour les pêcheurs… »

Après avoir passé plusieurs années dans des entreprises comme Secma Cabon et à Siminox, il tombe sur une annonce… sur Leboncoin.

La société Precisteel, basée à Douarnenez, cherche un repreneur. Mathieu Gourvenec n’hésite pas. « J’ai tout de suite appelé. Je voulais être à mon compte. Je me suis dit: pourquoi ne pas tenter. »

Des pièces uniques

En 2015, il acquiert la société. Aujourd’hui, elle compte trois salariés. Mais, être patron, c’est un travail de tous les jours. « Il faut aller chercher les clients, faire de la pub… »

En plus du travail dans les usines, il choisit de se tourner aussi vers les particuliers. Il propose des pièces originales : des portails sur-mesure, des bibliothèques ou garde-corps déstructurés…

Pour une cidrerie, il a aussi fait toute la décoration dans un style « pommier ». « Quand on vient chez moi, c’est pour avoir quelque chose que le voisin n’a pas. »

Un métier passion ? « Ce n’est pas tous les jours facile. On se fait mal au dos à porter de la ferraille très lourde, on travaille dehors… Malgré tout, on a l’avantage de ne pas toujours faire la même chose. » La suite ? Mathieu Gourvenec souhaite agrandir son entreprise et proposer davantage de sur-mesure de qualité. Sur son stand du festival de Cornouaille, il va innover en proposant des « miniatures » : des lampes en coiffe de bigoudènes. Mathieu les bons tuyaux ne s’arrêtera pas là !

Haut de page